De 9 à 18hrs du L. au V: 06 42 37 56 26 ou 24/7 par mail contact@snequitation.com
Distributeur officiel de Zaldi en France

L’histoire de la selle de cheval, de ses origines à nos jours

>
>
L’histoire de la selle de cheval, de ses origines à nos jours
Histoire de la selle de cheval

La selle est un équipement indissociable du cavalier aujourd’hui. On la retrouve dans tous les types d’équitation et chez quasiment tous les peuples cavaliers.

  • Mais connaissez-vous bien l’histoire de la selle de cheval ?
  • Savez-vous comment cet équipement a évolué jusqu’à devenir celui que nous utilisons tous de nos jours ?

L’histoire de l’invention de la selle est passionnante et mérite d’être un peu mieux connue.

 

Histoire de la selle de cheval : d’où est-elle originaire ?

Pour comprendre l’histoire de la selle de cheval, il faut connaître l’origine des premiers cavaliers. En effet, elle est intrinsèquement liée à celle des équipements qui permettent de monter à cheval.

L’histoire de l’équitation

Voici les principales étapes de l’Histoire qui ont mené à l’équitation que nous pratiquons aujourd’hui.

La naissance de l’équitation académique

L’équitation telle que nous l’entendons est née en Grèce antique au Vème siècle avant Jésus-Christ. Le cheval n’est alors plus utilisé que pour l’agriculture et le transport.

Sa monte se perfectionne afin de briller à la guerre et à la parade. Xénophon (426 ou 430 avant J-C – 355 avant J-C) évoque le premier l’équitation académique dans deux écrits, “L’Hipparque” et “L’Equitation”.

L’objectif de l’équitation n’est plus seulement militaire : le cheval est un animal que l’on monte et que l’on dresse par amour de l’art et du beau geste. La plupart des équipements équestres commencent à être utilisés à cette période-là (filet, mors, tapis…).

L'histoire de l'équitation

L’histoire de l’équitation

Les quatre grandes écoles d’équitation

L’époque de la Renaissance est une mine d’or pour l’équitation académique. Le dressage devient un véritable art, notamment en France et en Italie.

La période des Lumières contribuera à accroître le savoir des écuyers et l’application des préceptes de “l’équitation savante”. Le classicisme de l’Ecole de Versailles cède place petit à petit à l’équitation plus sportive de l’Ecole du Cadre Noir de Saumur.

D’autres grandes écoles naissent en Europe, comme l’Ecole espagnole de Vienne en Autriche, l’Ecole royale andalouse d’art équestre de Jerez en Espagne et l’Ecole portugaise d’art équestre au Portugal. Ces quatre grandes écoles sont toujours aujourd’hui une référence en terme d’équitation académique.

On y pratique des techniques de dressage complexes, comme la pirouette, le piaffer, le cabrer…

 

Vers l’équitation moderne

Lors de la Révolution, l’équitation classique est rejetée en bloc. Il faudra attendre le XXème siècle pour que l’équitation moderne se développe. Naissent alors deux pratiques équestres bien distinctes.

La première concerne l’équitation de loisir, avec beaucoup de pratiquants amateurs qui ne possèdent pas leur propre cheval et se rendent au centre équestre pour leur leçon chaque semaine. Elle est associée aussi à l’équitation d’extérieur : balades, randonnées, treks…

La deuxième concerne l’équitation de compétition, pratiquée par les cavaliers professionnels. De nombreux sports équestres se développent : CSO, dressage, horse-ball, concours complet, endurance… On note la démocratisation de l’équitation, jusque là réservée à une classe aisée.

L’augmentation du nombre de sports équestres donne lieu au développement de nouveaux équipements. Les artisans selliers cherchent de nouveaux matériaux, plus techniques et plus légers.

Ainsi, les selleries physiques et les selleries en ligne proposent toute une gamme de selles, brides, tapis et filets adaptés à tous les chevaux et tous les types d’équitation.

 

Qui a inventé la selle de cheval ?

Auparavant, les cavaliers montaient à cru ou avec un morceau de tissu en guise de selle. A partir d’environ 4500 ans avant Jésus-Christ, on retrouve déjà des premières traces de cette équitation sommaire.

Toutefois, les premières selles ont ensuite été inventées afin d’obtenir plus de confort et de stabilité. Il est difficile d’établir précisément qui a inventé la selle, car de nombreuses découvertes ont été faites, puis améliorées, à différentes époques de l’histoire.

 

L’arbre de selle et les étriers

On retrouve des traces de l’invention de la selle de cheval chez les Maures, aux alentours de 700 avant Jésus-Christ. Les guerriers assyriens combattaient à cheval, assis sur des sortes de couvertures richement décorées et dotées de sangles pour tenir en place.

La selle de cheval est alors utilisée par confort, mais aussi comme signe de richesse.

Au IIème siècle avant J-C, des peuples chinois inventent “l’arbre de selle”. Il s’agit d’une structure en bois recouverte de feutre.

“L’arbre de selle” est un vrai progrès car il permet de beaucoup mieux répartir le poids du cavalier sur le dos du cheval.  A peu près à la même époque, c’est au tour des étriers de faire leur apparition dans nos civilisations.

Egalement inventés dans le nord de la Chine, ces petits anneaux en métal sont une vraie révolution pour le confort et la stabilité des cavaliers. Ils permettent à ces derniers de monter à cheval durant de longues heures en se fatigant moins.

De plus, l’art de la guerre est grandement amélioré et les cavaliers gagnent en technicité et en équilibre. Trois siècles plus tard, l’utilisation de l’étrier est commune dans toute la Chine et s’étend peu à peu au reste du monde.

 

La création de la selle proprement dite

La selle de cheval que nous connaissons aujourd’hui aurait été inventée au IVème siècle avant Jésus-Christ. En effet, l’auteur Pline attribue la création de cet équipement à un certain Péléthronius.

Ce mystérieux Péléthronius n’a pas vraiment pu être identifié par les historiens. On pense en réalité qu’il s’agissait d’un peuple tout entier : les Péléthroniens. Ils habitaient dans les grandes plaines de Thessalie, une contrée perse connue pour élever de nombreux chevaux.

Les Romains n’utilisaient pas de selles lorsqu’ils ont commencé leur conquête du monde. Toutefois, l’Empereur a très vite compris l’intérêt qui pouvait en être tiré en observant d’autres peuples.

Les selles romaine sont alors été créées, avec un design très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Elles possédaient deux pommeaux et deux troussequins pour que le cavalier puisse tenir en place et soit libre de manier ses armes.

Il n’y avait pas d’étriers. Trois sangles maintenaient la selle sur le cheval (à l’avant, au centre et à l’arrière).

 

Les évolutions de l’histoire de la selle de cheval

Au Moyen-Age, la selle évolue beaucoup. Un arçon en bois très solide est créé pour plus de solidité et le pommeau est relevé.

Les étriers sont utilisés de manière beaucoup plus efficaces. Cette selle, robuste et stable, aide les chevaliers à garder l’équilibre durant leurs joutes. C’est l’ancêtre de nos selles actuelles, ainsi que de la selle western, importée par les conquistadors en Amérique.

C’est aussi à cette époque que les chevaliers prennent l’habitude de monter à gauche, afin que leur épée ne leur gêne pas. Les cavaliers ont gardé cette habitude aujourd’hui.

Fait amusant : lorsque les chevaliers circulaient à cheval, ils se plaçaient sur la gauche du chemin, encore une fois pour ne pas que leur épée risque de s’entrechoquer en croisant la personne d’en face. C’est pour cela que les Anglais conduisent à gauche de nos jours.

 

Les évolutions de l'histoire de la selle de cheval

Les évolutions de l’histoire de la selle de cheval

 

L’histoire de la selle de cheval se divise ensuite dans deux directions  : la selle française et la selle anglaise. La selle française est inventée par le célèbre écuyer François Robichon de la Guérinière (1688-1751).

Il crée ce que l’on appelle aujourd’hui la selle de dressage, ou selle occidentale. Parallèlement, en Angleterre, on perfectionne un autre type de selle.

La selle anglaise est surtout utilisée pour la chasse à courre, et aujourd’hui pour le saut d’obstacles. Elle possède des panneaux plus courts et plus avancés pour faciliter le saut.

 

Les différents types de selles de cheval à travers l’histoire

Cette longue histoire est à l’origine à de très nombreuses sortes de selles. Selon le pays, la culture et les sports pratiqués, les selles historiques sont bien différentes.

Voici les principales sortes de selles nées de pratiques équestres :

  • La selle de loisir

Dans l’Antiquité et au Moyen-Age, l’équitation de loisir était pratiquée uniquement par les classes les plus favorisées. En effet, les chevaux étaient surtout utilisés pour le transport, l’agriculture et dans la cavalerie militaire.

Cela nous paraît fou, mais ce n’est qu’à la fin du XXème siècle que l’équitation a commencé vraiment à être pratiquée pour le plaisir. En France, dans les année 60, on découvre l’équitation de loisir. Les cavaliers commencent à s’inscrire dans des centres équestres, à partir en randonnée…

C’est la démocratisation de cette activité qui a entraîné la création de la selle dite “de loisir”. Il s’agit d’une selle mixte, utilisable aussi bien lors des cours d’équitation en manège, en balade ou pour sauter quelques obstacles.

 

  • La selle de dressage

Le célèbre écuyer François Robichon de la Guérinière  est considéré comme le père de l’équitation de dressage française, voire même mondiale. Toutefois, c’est en 1929 que la FEI (Fédération Équestre Internationale) a créé les premières compétitions de dressage.

Les selles de dressage ont été conçues spécifiquement dans ce but. Elles possèdent un siège plat, des quartiers longs et droits et un pommeau effacé.

 

  • La selle de CSO

La première compétition de saut d’obstacles a eu lieu en 1865 en Irlande. Depuis, le CSO s’est imposé comme un des sports équestres favoris des cavaliers et des compétitions ont lieu dans le monde entier.

Une selle de saut d’obstacles a été créée pour cette pratique : les étriers sont un peu plus courts, le siège semi-creux et les quartiers incurvés. Ce type de selle assure une bonne position en suspension du cavalier.

 

  • La selle de western

On la surnomme aussi la “selle de cow-boy”. Elle tire son origine de l’arrivée des conquistadors en Amérique au XVIème siècle.

A l’époque, les Espagnols montraient leur richesse avec des selles faites de bois et recouvertes de tissu précieux. Leurs descendants ont peu à peu transformé ce modèle pour créer des selles plus fonctionnelles et plus robustes.

 

La selle de western

La selle de western

Le cuir a remplacé le bois et le siège s’est élargi pour plus de confort. On a aussi vu l’apparition d’une corne sur  le pommeau pour enrouler le lasso, afin d’attraper le bétail plus facilement.

L’équitation western actuelle s’est développée au XIXème siècle dans l’Ouest des Etats-Unis. Aujourd’hui, elle est aussi pratiquée pour le loisir et en compétition.

 

  • La selle d’amazone

C’est à partir du XVIème siècle que les femmes commencent à monter à cheval avec les deux jambes du même côté. La monte en amazone était née. Catherine de Médicis invente une selle avec une fourche sur le côté qui permet d’adopter avec plus de stabilité cette position.

Auparavant, les femmes n’avaient pas beaucoup d’équilibre avec les deux jambes du même côté et ne pouvaient aller qu’au pas. A partir du XXème siècle, les femmes peuvent enfin adopter l’équitation à califourchon et porter des pantalons.

Cependant, l’équitation en amazone a perduré et est aujourd’hui devenu un art pratiqué aussi bien par les hommes que par les femmes.

 

  • La selle de poney

Après la démocratisation de l’équitation de loisir dans les années 60, l’équitation destinée aux enfants s’est développée tout naturellement. Dans les années 90, la Fédération Française d’Equitation a lancé de grandes campagnes de communication pour inciter les écoliers à s’inscrire dans un club.

C’est à peu près à cette période que des selles destinées à la monte de poneys par les enfants ont commencé à être commercialisées. On peut même citer le baby-poney qui se pratique dès l’âge de 18 mois et sensibilise les enfants au contact avec l’animal.

 

  • La selle de course hippique

Les courses hippiques étaient déjà pratiquées dans la Grèce antique. Au XVIème siècle, elles sont florissantes en Europe et commencent à être codifiées. L’Angleterre, surtout, développe une forte tradition de courses hippiques.

En 1920, le PMU est créé pour réglementer les paris équestres. La selle de course a été conçue tout spécialement pour cette pratique.

Elle est très légère et réduite à un minimum de surface pour ne pas gêner le cheval dans son mouvement. Les étriers sont remontés très haut pour que le jockey adopte une position en suspension.

 

A quoi ressemble une selle de cheval aujourd’hui ?

De nos jours, une selle de cheval est toujours conçue à peu près de la même façon. Les artisans selliers perpétuent un savoir-faire apprivoisé pendant des siècles et savent comment créer des selles performantes et esthétiques.

Le travail des artisans selliers

Les artisans selliers méritent tout notre respect. En effet, ils ont tiré leurs connaissances de l’histoire de la selle de cheval au fil des millénaires et excellent dans leur travail.

Malheureusement, aujourd’hui, de moins en moins d’artisans selliers exercent cette fonction à plein temps. On considère même que ce métier est en voie de disparition.

Pour devenir artisan sellier, on peut s’inscrire à un CAP de sellier-harnacheur, puis à un brevet de sellier-harnacheur dispensé par l’Ecole Professionnelle des Haras Nationaux. Il existe également des formations continues.

Les artisans-selliers peuvent ensuite se lancer à leur compte en libéral. La plupart d’entre eux commencent par trouver un travail dans un atelier de sellerie afin de perfectionner leurs talents.

Ensuite, ils peuvent ouvrir leur propre sellerie et concevoir des harnachements, selles, filets, guêtres… Certains se spécialisent dans la conceptions d’un type de selle.

Les artisans selliers

Les artisans selliers

Un bon artisan sellier maîtrise toutes les techniques de conception de la selle de A à Z :

  • La coupe.
  • Le collage.
  • Le rembordage.
  • La couture.
  • L’assemblage.
  • Le patinage.
  • L’astiquage.
  • Le montage des accessoires.

C’est un travail minutieux qui prend de longues heures. Il s’apparente presque à de l’artisanat d’art.

 

La composition d’une selle de cheval

La selle de cheval est fabriquée selon certains critères bien précis. Elle comprend un arçon, c’est-à-dire une structure en bois et en métal qui définit sa forme.

Les panneaux, sur les côtés de l’arçon, complètent la structure de la selle. Un pommeau délimite l’avant de la selle, derrière le garrot, et un troussequin l’arrière.

Les quartiers et les faux quartiers recouvrent les panneaux, protégeant ainsi les jambes du cavalier des frottements et les flancs du cheval des sanglons. Des matelassures en mousse apportent plus de confort.

 

La sangle permet à la selle d’être bien maintenue et de ne pas tourner. Elle est attachée par les contre-sanglons et parfois recouverte d’un fourreau en mouton.

Les étriers, où le cavalier glisse ses pieds, sont accrochés à la selle par des étrivières, elles-mêmes retenues par des couteaux d’étrivières. On peut aussi citer les taquets qui permettent au cavalier de bien positionner ses jambes.

Bien sûr, ce modèle type d’une selle vaut dans la plupart des cas, mais pas tous. Les selles d’amazone, par exemple, possèdent une fourche pour reposer la jambe droite de la cavalière ou du cavalier.

 

Histoire de la selle de cheval : et le futur ?

De nos jours, le cuir et le synthétique ne sont plus les seules alternatives pour la conception d’une selle. De nouvelles matières, encore plus performantes, viennent révolutionner le monde de la sellerie.

En effet, les fabricants utilisent des matériaux qui offrent beaucoup de solidité, de souplesse et de légèreté. On peut citer par exemple la fibre de carbone qui est un des matériaux stars des compétiteurs.

Les cavaliers qui pratiquent les sports équestres à haut niveau, comme l’endurance par exemple, adorent le carbone. C’est un matériau très résistant et qui ne pèse pas lourd sur la colonne vertébrale du cheval.

Les alliages en titane sont aussi plébiscités pour leurs qualités semblables. Dans le futur, de nouveaux matériaux seront peut-être utilisés pour rendre les selles encore plus performantes et confortables.

Qui sait, peut-être que la structure de la selle évoluera elle aussi ?

Share this post

There are no comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart

Votre panier est vide.